Ouverture des ventes Hiver 2019-2020

Exclusivité : frais de service offertsExclusivité web à saisir !

Pour toute réservation sur TUI.frFrais de service offerts

N°1 MONDIAL DU VOYAGE

Circuit Voyage en pays vaudou

Togo

-200€

dès 2 499€ TTC
/pers.
au lieu de 2 699€

  • 15 Jours / 14 nuits
  • Vol inclus
  • Transferts inclus
  • Repas selon programme
Logo nf Circuit Voyage en pays vaudou - TUI

Résumé

Itinéraire
Ce que nous avons aimé
  • Initiation à la peinture végétale
  • Cours de danse et percussions, au choix
  • Danse du feu
  • Initiation à la poterie en argile et à la médecine traditionnelle
  • Cours de cuisine
  • Rencontre avec un oracle vaudou et possibilité de se soumettre à une divination particulière•
  • La faune du parc de la Pendjari
  • Sorties des masques Zangbeto, Egun et Gelede
  • Célébration vaudou
  • Les savanes du nord du Togo et les dessins rupestres presque inconnus

Dates & Tarifs

Voyage au départ de
Date de départ
lundi mardi mercredi jeudi vendredi samedi dimanche
1 dim
2 lun 3 mar 4 mer 5 jeu 6 ven 7 sam 8 dim
9 lun 10 mar 11 mer 12 jeu 13 ven 14 sam 15 dim
16 lun 17 mar 18 mer 19 jeu 20 ven 21 sam 2 499€ 2 699€ retour le 05/10/2019 Choisir 22 dim
23 lun 24 mar 25 mer 26 jeu 27 ven 28 sam 29 dim
30 lun
Prix TTC par personne sur la base d'une chambre double. Les prix et pensions sont susceptibles d'évoluer en étape 1 de votre commande en fonction des mises à jour et de la disponibilité
Nombre de voyageurs
1 chambre , 2 adultes
Nombre de chambres 1
Adultes 2
Enfants (-12 ans) 0
Bébés (-2 ans) 0
Vérifier la disponibilité

Détails du prix

Le prix comprend

• les vols Paris/Lomé AR sur Brussels Airlines sous réserve de disponibilité
• les taxes aériennes de 140 € et la surcharge carburant et transporteur de 216 €, soumises à modification
• les transferts aéroport AR et les transports intérieurs selon le descriptif du circuit
• l’hébergement dans les hôtels, auberges et motels cités ou similaires (normes locales) en chambre double
• la pension complète sauf dîner du jour 1, déjeuner du jour 2 et déjeuner du jour 15
• les visites, activités et excursions mentionnées au programme
• un chauffeur et un guide local francophone

Le prix ne comprend pas

• les frais de service
• les transferts aéroport/hôtel AR pour les clients ne voyageant pas sur les mêmes vols que le groupe
• les boissons (prévoir 2 € la boisson)
• les déjeuners des jours 2 et 15 et dîner du jour 1
• les pourboires aux guides et aux chauffeurs, prévoir environ 3 €/jour/pers
• le cours de danse et de percussion, prévoir environ 3 €/pers pour 1h de cours
• les frais de visa
• les droits de photos et vidéos sur les sites
• le supplément en cas de non-disponibilité du contingent alloué pour le circuit
• l’assurance assistance/rapatriement ou multirisques

Créez votre voyage sur mesure Togo

Vous préférez composer votre voyage vous-même ? C'est simple, demandez-nous un devis
Je demande un devis sur mesure

Carnet de route

  1. JOUR 1

    PARIS – LOMÉ

    Envol à destination de Lomé, arrivée dans la soirée. Accueil et assistance par votre représentant. Transfert et installation à votre hôtel. Dîner libre. Nuit à l’hôtel Napoléon Lagune ou similaire.
    Circuit Voyage en pays vaudou
  2. JOUR 2

    LOMÉ – KLOTO •

    140 km/2h30
    Visite de Lomé, joyeuse capitale du Togo. Malgré le phénomène d’urbanisation, la ville a gardé un aspect ordonné et la vie y est encore paisible. Les styles architectoniques bien différenciés montrent une histoire qui est courte (un siècle de vie), mais concentrée : Lome a accueilli trois différentes présences coloniales. Allemands, Anglais et Français se sont succédés, en y laissant des souvenirs. Le cœur de la ville est dominé par les activités du marché central. Tous les jours des petites et grandes transactions commerciales permettent à bien des foyers de vivre avec dignité. À coté du marché règne le calme du quartier administratif : des allées verdoyantes, des immeubles au style colonial. Un peu en périphérie le marché des fétiches reste une présence aussi discrète que réelle. On y va pour résoudre les problèmes de la vie de tous les jours. On y trouve peaux de caméléons, dents de requins, pierres du tonnerre. La liste serait infinie, autant que les problèmes à résoudre. Une chose est sure : il y a une solution pour tous les maux. Déjeuner libre, route pour Kpalimé et la forêt de Kloto. Installation à l'hôtel dans la forêt de Kloto.Dîner et nuit à l'auberge JP Nectar ou similaire.
    Le marché des fétiches, Lomé
  3. JOUR 3

    KLOTO

    Promenade dans la foret accompagné par entomologie & initiation à la peinture végétale. Exploration à pied de la forêt du Kloto.C’est d’ici que vient la plupart de produits qui sont vendus à Lome. En particulier : les fruits, l’igname, les noix de palme. Autre richesse de la forêt : le café et le cacao. Mais la forêt n’est pas seulement un règne végétal, mais aussi ani malier. Nous prêterons attention surtout aux insectes et aux papillons, en compagnie d’un entomologiste. Il a grandi dans ce milieu et petit à petit a appris à donner un nom à tous les animaux qui bougent autour de lui, peu importe leur taille. Sous sa direction, nous serons initiés à la peinture végétale. Nous partirons à la recherche d’essences naturelles avec lesquelles nous réaliserons des tableaux que nous pourrons garder comme souvenir de cette belle expérience. L’après-midi libre, nous aurons la possibilité soit de prendre des cours de danse et de djembé, soit de nous promener dans le très riche centre artisanal de Kpalimé.
  4. JOUR 4

    KLOTO – SOKODÉ •

    290 km/5-6h

    Direction le nord le long d’une route bordée de villages traditionnels. On traverse les régions centrales du Togo, habitées par des populations originaires du nord et qui gardent fidèlement leurs traditions immuables, y compris le style de construction de l’habitat. Le soir : danse du feu. Au centre du village, un grand feu éclaire les participants, qui entament des danses au rythme pressant des tamtams. Les danseurs en état de transe se lancent dans les braises ; ils les prennent dans les mains et dans la bouche ; ils les passent sur leur corps sans garder aucune blessure, ni montrer aucun signe de douleur. S’agit-il de courage ? Autosuggestion ? Magie ? Difficile d'expliquer une telle performance. Peut-être que ce sont vraiment les fétiches qui protègent du feu. Faudrait-il essayer pour croire et… croire pour essayer. Nuit à l'hotel Central ou similaire à Sokode.

    Danse du feu
  5. JOUR 5

    SOKODÉ – KARA •

    140 km/3h
    Nous visitons la région autour du Massif Kabyé, peuplé par les Kabyés. Leurs maisons, appelées "soukala", sont un ensemble de huttes réunis par un mur d'enceinte où ne vit qu'une seule famille patriarcale. Intéressant le travail épuisant des forgerons, qui ici utilisent des grosses pierres au lieu des marteaux. Les femmes, de leur part, produisent des pots argile, que nous pourrons aussi apprendre à façonner. Nous visiterons un des marchés colorés, où les parfums des aliments se mélange avec les vapeurs de la bière de mil.
  6. JOUR 6

    KARA – DAPAONG •

    230 km/5h
    On prend la direction de la Région des Savanes. Une excursion à pieds nous amènera sur une falaise où nous visiterons une grande grotte, au flanc d'une paroi, qui contient des anciennes constructions et des greniers d'argile. C’est ici que des villages entiers trouvaient refuge face aux incursions des guerriers musulmans à la recherche d'esclaves. En effet la grotte offre une vue hors pair sur toute la savane environnante. Aucun ennemi pouvait approcher sans être vu.
    Chef Bassar
  7. JOUR 7

    DAPAONG

    Art rupestre . On parcourt une region habitée par les Moba. Ils vivent en maisons d’argile, à la forme circulaire, avec un toit conique en paille. Un mur entoure et protège les huttes de la même famille. Nous visiterons de petits villages, distribués sur des amples territoires : le résultat offert au regard du voyageur est un tableau impressionniste Doù, selon les saisons, le vert ou la couleur jaunâtre est ponctuée, en guise de coup de pinceau, par les petites concentrations humaines. De temps en temps on rencontre des bergers peuls, de vrais nomades, à qui les populations sédentaires confient leur cheptel de zébus. On fait aussi un bond en arrière dans l’histoire : promenade dans des grottes décorées avec desseins rupestres, réalisés par les ancêtres des Togolais actuels. Il s’agit de témoignages de culture qui ont vécu il y a des milliers d’années.
  8. JOUR 8

    DAPAONG – ATAKORA •

    170 km/4h

    C’est à hauteur de Kanté que nous prenons la direction de l'Atakora, chaîne montagneuse qui traverse en diagonale le Togo et le Bénin. Ces montagnes ont offert un rempart aux Tamberma. Pour des raisons de défense ils ont trouvé refuge depuis des siècles dans l’Atakora, sur un territoire à l’accès difficile afin de fuir toute influence extérieure. Selon les spécialistes leurs origines les rapprochent des Dogon du Mali : avec eux ils partagent une fidélité absolue à leurs propres traditions animistes. Cela est prouvé par la présence de grands fétiches, à la forme phallique, à l’entrée de leurs maisons. Ces dernières sont semblables à des châteaux du Moyen Age. Avec la permission des habitants nous entrerons dans leurs maisons pour essayer de comprendre leur style de vie. Passage de la frontière du Bénin C’est à pieds que nous partons à la découverte des Somba qui vivent sur les collines de l’Atakora : Le mot « Somba » désigne une série de populations telles que Tamberma, Betammaribe, Bessoribe, Betiabé, Wama. Il est difficile de les différencier mais elles ont cependant toutes un trait en commun : les « tata », leurs maisons en forme de petits châteaux à plusieurs étages. Un homme est considéré comme tel seulement après avoir parcouru un long chemin initiatique et une fois qu’il est devenu propriétaire d’un « tata » traditionnel. Du coup, les collines de l’Atakora sont ponctuées de ces bâtisses en argile et en chaume, qui enchantèrent jadis le grand architecte Le Corbusier. Chacune de ces maisons est entourée de champs cultivés. Il y a plusieurs siècles de cela, ces peuples se sont réfugiés sur ce territoire à l’accès difficile afin de fuir toute influence extérieure. Aujourd’hui, ils pratiquent encore la chasse à l'arc et les rites d'initiation. Les délicates scarifications qui ornent leur visage et leur ventre montrent bien le prix à payer pour devenir adulte au sein de ces sociétés. Avec l'accord des habitants, nous entrerons dans une de leurs forteresses pour comprendre leur mode de vie rythmée par les saisons. Dans ce cadre, nous serons initiés à la préparation d’un traitement traditionnel, suivant les pas d’un guérisseur, qui nous accompagnera tout le long de la journée. Dans l’après-midi nous assisterons à la préparation d’un mets local. Ce sera l’occasion d’apprendre un peu plus sur la cuisine locale. Entre autres les Somba nous montreront comment ils préparent leur repas le plus délicieux…. le serpent ! Nous terminerons la leçon en dégustant notre bon repas !

    Tribu somba
  9. JOUR 9

    L'ATAKORA

    C’est à pieds que nous partons à la découverte des Somba qui vivent sur les collines de l’Atakora : Le mot « Somba » désigne une série de populations telles que Tamberma, Betammaribe, Bessoribe, Betiabé, Wama. Il est difficile de les différencier mais elles ont cependant toutes un trait en commun : les « tata », leurs maisons en forme de petits châteaux à plusieurs étages. Un homme est considéré comme tel seulement après avoir parcouru un long chemin initiatique et une fois qu’il est devenu propriétaire d’un « tata » traditionnel. Du coup, les collines de l’Atakora sont ponctuées de ces bâtisses en argile et en chaume, qui enchantèrent jadis le grand architecte Le Corbusier. Chacune de ces maisons est entourée de champs cultivés. Il y a plusieurs siècles de cela, ces peuples se sont réfugiés sur ce territoire à l’accès difficile afin de fuir toute influence extérieure. Aujourd’hui, ils pratiquent encore la chasse à l'arc et les rites d'initiation. Les délicates scarifications qui ornent leur visage et leur ventre montrent bien le prix à payer pour devenir adulte au sein de ces sociétés. Avec l'accord des habitants, nous entrerons dans une de leurs forteresses pour comprendre leur mode de vie rythmée par les saisons. Dans ce cadre, nous serons initiés à la préparation d’un traitement traditionnel, suivant les pas d’un guérisseur, qui nous accompagnera tout le long de la journée. Dans l’après-midi nous assisterons à la préparation d’un mets local. Ce sera l’occasion d’apprendre un peu plus sur la cuisine locale. Entre autres les Somba nous montreront comment ils préparent leur repas le plus délicieux…. le serpent ! Nous terminerons la leçon en dégustant notre bon repas !
    [NO IMAGE]
  10. JOUR 10

    ATAKORA – PENDJARI •

    180 km/6h
    Départ pour la plus belle réserve animalière de l’Afrique de l’Ouest : le Parc de la Pendjari, grand de 275.000 hectares, et situé à l’extrême Nord du Bénin accolé à la frontière du Burkina Faso. Il a pris le nom du fleuve qui le traverse longitudinalement. Safari. Nuit au campement de la Pendjari ou hôtel similaire.
    [NO IMAGE]
  11. JOUR 11

    PARC DE LA PENDJARI – COPARGO •

    210 km/5h

    Le Parc de la Pendjari, grand de 275.000 hectares, et situé à l’extrême Nord du Bénin accolé à la frontière du Burkina Faso. Il a pris le nom du fleuve qui le traverse longitudinalement. Le Parc National de la Pendjari s'étend sur un territoire de savane inhabitée. Grâce au fleuve et aux nombreux points d'eau, le parc forme un grand ensemble écologique intact et jouit de la faune la plus riche de l'Afrique Occidentale. Safari en matinée et transfert pour Copargo l'après-midi. Nuit à l'hôtel Taneka Koko ou similaire à Copargo.

    [NO IMAGE]
  12. JOUR 12

    COPARGO – DASSA •

    310 km/6h

    À travers une brève marche à pieds nous découvrons les anciens villages Taneka. Un ensemble de huttes rondes aux toits coniques et d'étroites ruelles aux murs d'argile. Ces villages sont habités par les prêtres féticheurs, vêtus d'une peau de chèvre, par les jeunes initiés, portant au cou de nombreuses amulettes, et par les chefs traditionnels. Les villages sont situés sur un site archéologique et leurs populations pourraient descendre d'une ethnie que l'on croyait mystérieusement disparue il y a 400 ans. Vers le sud, nous voilà devant le grand fétiche de Dankoli, important centre vaudou. Les pèlerins y plantent des milliers de piquets en bois à témoignage de leurs prières et de leurs promesses. Une fois satisfaits, ils reviennent pour sacrifier à Dankoli les animaux qu’ils ont promis en guise de remerciement. Arrivée à Dassa, nous assistons à la dance spectaculaires des masques Egun. Les masques Egun représentent les esprits des défunts et, selon la population locale, ils « sont » les défunts. Les hommes qui représentent Egun sont toujours des initiés. Ils arrivent de la forêt vêtus d’habits multicolores et brillants, et défilent dans les rues du village en se lançant tout à coup à la poursuite des spectateurs curieux et imprudents. Gare à ne pas se faire toucher par Egun : danger de mort ! Quand le masque se présente sur scène, nous assistons à une sorte de corrida qui suscite la peur, tout en provoquant aussi beaucoup d’éclats de rire. Parfois les personnes touchées par Egun s’effondrent sur le sol… mais se relèvent bien sur aussitôt !

    Village Taneka
  13. JOUR 13

    DASSA – ABOMEY – COVÈ •

    130 km/3h
    Abomey était la capitale du Dahomey, royaume négrier qui a dominé la région du 17e au 19e siècle. Plusieurs rois se sont succédés de père en fils avec une seule priorité : étendre toujours plus les frontières du royaume. Une armée puissante dotée d’armes sophistiquées a fait le reste. À l’instar du royaume, les palais royaux s’agrandissaient également à chaque nouvelle intronisation de roi. Aujourd'hui, les deux palais royaux encore debout, occupés jadis par les rois Guézo et Glélé, ont été transformés en musée. Nous en ferons la visite. Les murs des palais sont décorés de bas-reliefs qui retracent l’histoire de la dynastie. Dans les salles sont exposés des trônes, des autels du culte des anciens, des statues, des costumes et des armes ayant appartenu aux rois. Le temple situé au centre de la cour royale fut construit avec un mélange d'argile et de sang humain. Nous rencontrerons également une communauté de forgerons très ancienne, depuis des siècles au service des rois du Dahomey et de leur armée (ils ne travaillent pas le mardi). L’après midi sortie des masques Gelede. Gelede est à la fois un culte, une société secrète et un masque. Avant tout, c’est le culte d’Oudua : la grande divinité, l’ancienne mère et la Terre mère. Gelede est aussi la fille d’Ougun, le dieu du fer et une des principales divinités de la religion vaudou du sud du Bénin. Mais Gelede est également la société secrète qui détient les masques et des danses particulières. Les performances de Gelede rappellent notre “théâtre” occidental dont chaque masque représente un personnage, souvent humoristique ou ironique. Cet aspect théâtral des masques singeant des histoires courtes a la fonction d’éducation, non seulement de divertissement du village. Le masque Gelede a des caractéristiques féminins mais il est porté par des hommes déguisés en femmes et offrant des danses incroyables : un chœur de plus de 20 chanteurs dansant en formant un grand cercle avec deux tam-tams en son centre, entouré par le public, joyeux et excité, chantant en même temps, riant tout en frappant des mains. Les couleurs dominant la scène avec les danseurs portant des vêtements colorés se déplaçant sans arrêt.
    [NO IMAGE]
  14. JOUR 14

    COVÈ – GANVIÉ – OUIDAH •

    200 km/5h

    C’est en pirogue –à partir de Calavi- que nous atteindrons Ganvie, village sur pilotis remontant au 18ème siècle. Isolés au milieu du lac, les Tofinou (qui en langue locale signifie "gens d'eau") sont devenus il y a des siècles des pisciculteurs hors pair, utilisant des techniques traditionnelles qui depuis lors semblent être restées intactes. Le marché flottant, où les échanges se font de pirogue en pirogue, est particulièrement coloré. Quelques maisons gardent un épais toit de chaume. La mode de la tôle ondulée semble révolue et petit à petit tout le monde revient à ces toits en chaume, qui -outre le fait d’être plus esthétiques- offrent un abri plus résistant à la chaleur et à la pluie. A Calavi nous retrouvons nos voitures pour un transfert à Ouidah. Ouidah, reconnue capitale mondiale des cultes vaudous : C'est ici que les esclaves du Royaume du Dahomey étaient embarqués. Avec eux les Vaudous aussi ont traversé la mer et se sont ainsi propagés sur le Nouveau Continent. Dans cette petite ville on respire un air de magie et de syncrétisme: juste en face de la basilique catholique se trouve le temple des pythons auxquels de nombreux habitants de la ville vouent un culte. Nous visiterons aussi le musée historique sur la traite des esclaves, logé à l'intérieur de l'ancien fort portugais. Il est particulièrement intéressant de découvrir comment la Diaspora africaine a fait voyager le vaudou jusque sur le Nouveau Continent. La forêt sacrée, lieu où les adeptes sont initiés à leurs vaudous, nous ouvrira ses portes : Un îlot de paix où il est plaisant de se promener et où nous en apprendrons encore davantage sur le rôle du vaudou dans la société béninoise. L’histoire de Ouidah est en grande partie caractérisée par le personnage de Francisco de Souza, officier portugais qui se convertit au commerce négrier. Bruce Chatwin lui a dédié une biographie attachante : « Le vice-Roi de Ouidah ». Son ancien palais est encore ouvert au public. Ses descendants sont fiers de montrer aux visiteurs les souvenirs de « Chacha ». Nous terminerons notre journée en parcourant la voie du non-retour au bout de laquelle les esclaves montaient à bord de navires immenses pour traverser l’océan sans plus jamais en revenir. Sur la plage un monument aux morts rend hommage à la Diaspora africaine par la commémoration de ces millions d’esclaves emmenés loin des Côtes de Ouidah. Dîner et nuit à l'hôtel Jardin Brézillien ou similaire.

    Ganvié
  15. JOUR 15

    OUIDAH – LOME – PARIS •

    150 km/4h
    Le matin, sortie des masques Zangbeto. Grand masque couvert de paille colorée, Zangbeto représente les esprits non humains, les forces de la nature et de la nuit qui ont habité la terre avant l’être humain. Les porteurs de masques, qui gardent une identité indépendante, ayant une existence propre, appartiennent à une société secrète et leur identité est méconnue aux non-initiés. La sortie de Zangbeto est une grande fête pour le village, qui garantie la protection des esprits et garde au loin les présences menaçantes. Le mouvement rotatoire du masque symbolise l’action de nettoyage spirituel que Zangbeto produit dans le village et l’exécution de « miracles » garantie que sa présence toute puissante est vraiment efficace. Passage de la frontière du Togo. Rencontre avec le monde du vaudou : célébration vaudou. Le Vaudou est originaire du sud du Togo et Bénin et est la religion la plus ancrée dans la culture locale. Nous aurons la chance de participer à une authentique cérémonie des initiés du Vaudou. Dans une typique cour africaine les adeptes, souvent plus d’une centaine, se réunissent et après des louanges collectives et des sacrifices propitiatoires sur les autels des divinités commencent les danses. Les grands prêtres sont assis à côtés des fétiches; les chants des femmes accompagnent le rythme des Tam Tam qui devient des plus en plus frénétique… certains participants tombent dans un profond état de transe : yeux révulsés, grimaces, tension musculaire, insensibilité à la douleur ou au feu. Les participants choisis rentrent en « directe » communion avec les esprits.
    Ouidah
  16. JOUR 16

    ARRIVÉE À PARIS

    [NO IMAGE]

Infos Utiles

À savoir

Voir la fiche technique du circuit de nov 2018 à nov 2019

• Participants : maximum 14
• Hébergement : hôtel, motel, écolodge et auberge
• Transport : minibus, pirogue
• Accompagnateur : guide local francophone

À noter :
Voyager dans cette région est une expérience particulière. Vous ne croiserez pas de touristes mais des voyageurs en quête d'émotions et de rencontres hors du commun. Un esprit d'adaptation est nécessaire. En retour, vos rencontres seront riches et sincères.


Destination

Togo

La destination

Partez à la découverte de l'Afrique tribale lors d'un voyage au Togo. Ce pays vous fera découvrir une Afrique authentique et profonde. Vous serez séduit par la diversité des paysages et l'hospitlaité de leurs habitants.

Décalage horaire

- 1h en hiver et - 2h en été par rapport à la France.

Temps de vol

Environ 6h20

Climat

Le Togo est caractérisé par deux zones climatiques : Au sud, une zone humide le long de la côte et une saison des pluies de mai à octobre avec une accalmie en aout. Au sud les températures sont constantes autour de 28°. Au nord, de décembre à février le vent souffle sur le pays, vent en provenance du Sahara : pendant cette période le ciel est voilé et les températures plus fraiches (moyenne des températures : 24°). Saison sèche : de décembre à avril. Saison des pluies : de mai à septembre.

Langue

Le français est la langue officielle.


Informations Pratiques

Devise

La monnaie est le Franc CFA (OXF)
En juin 2016 : 1 € = environ 656 OXF

Courant électrique

220 volts. Pas besoin d'apporter un adaptateur, les prises sont les mêmes qu'en France.

Adresses utiles

Représentations diplomatiques et consulaires en France

Paris | Ambassade du Togo
Fonctions consulaires assurées par l’Ambassade
8, rue Alfred Roll
75017 Paris
Tel : 01.43.80.12.13

Représentations françaises  au Togo 

Ambassade de France
13 Avenue Mama Fousséni
BP 337 Lomé
Tel : +228 22 23 46 00
Courriel : Contact mail
Site Web : //www.ambafrance-tg.org/


Avant de partir

Bagages et équipements

Vêtements et équipements : une liste non exaustive conseillée

- Vêtements légers et décontractés
- Un pull-over  (pour les soirées)
- Un pantalon de jogging (pour les soirées)
- Un k-way
- Une bonne paire de sandales
- Une paires de chaussures de marches ou de tennis (pour les excursions)
- Un maillot de bain 
- Un chapaeu
- Des lunettes de soleil 
- Des jumelles
- Un appareil photo avec une carte mémoire de rechange
- Une lampe de poche
- Des piles et ampoules de rechange
- Une gourde
- Crème solaire
- Un produit ant-moustique

À noter : pour votre bagage prévoyer de préférence un sac à dos de montagne ou une valise souple. Nous vous conseillons d'avoir toujours sur vous votre traitement antipaludéens et votre trousse de secours personnelle.



Chargement en cours